NOUVEAU BUDGET POUR LE VOYAGE A NANTES 2012

Délégation de Service public pour la gestion et la mise en oeuvre de la politique touristique  Programme annuel et subventions 2012
Groupe Démocratie et Progrès – Intervention d’André Augier le 10 février 2012
au Conseil Communautaire

Monsieur le Président, chers collègues,

Ce dossier est important pour notre Métropole, à deux titres : premièrement, parce que le plan d’action annoncé est très ambitieux et deuxièmement, parce que la contribution demandée à notre collectivité pour 2012, s’élève à 7 724 000 euros.

Et ce, dans un contexte économique et touristique des plus mal orientés.
En effet, la crise de l’Euro ne favorisera probablement pas une augmentation du tourisme européen, d’autant plus que la date choisie pour l’événement “Le Voyage à Nantes 2012” risque d’entrer en collision avec le déroulement des jeux Olympiques Londoniens, qui se déroulent exactement au même moment.

Ceci étant posé, il y a de bonnes intentions et de bonnes idées dans ce dossier.

En particulier, le choix du site d’accueil touristique rue des Etats, il correspond d’ailleurs à une demande que nous avions formulée pendant le précédent mandat.
De même, nous sommes ravis par la mutation prévue à la Station Prouvé.

Sur la promotion de la destination, on ne pourra apporter un jugement, qu’après coup.   Ce n’est pas forcément la somme des actions entreprises dans ce domaine qui compteront, mais plutôt les éventuelles retombées économiques.

Par contre, lorsque l’on aborde la mission commercialisation déléguée à la SPL, tout paraît plus flou dans ce dossier.
La raison en est probablement, que la gestion de cette structure, qui a pourtant plus d’une année d’existence, n’a rien à voir avec les objectifs ambitieux que nous lui avons fixés.

Les Conseils d’Administration se suivent et se ressemblent, le dernier était éloquent.
Trois heures consacrées à la présentation des idées et des projets de la SPL.
Quinze minutes tout au plus, pour la discussion et le vote du Budget 2012, qui s’élève quand même au total à plus de 32 millions d’euros.
De plus, les administrateurs on reçu, pour toute information sur ce point crucial, cette simple feuille de papier, quasiment illisible, truffée d’erreurs comptables, d’ailleurs reconnues par l’adjointe du directeur, chargée de présenter ce dossier.

Lorsque j’ai cité en exemple les documents très élaborés et détaillés qui étaient adressés aux administrateurs de l’ancienne SEM Nantes Culture Patrimoine, on m’a répondu que la SPL avait une envergure et un nombre de salariés bien supérieurs, et qu’elle ne pouvait donc pas être en mesure de nous communiquer autant d’éléments sur le Budget, que cette société. Je ne vous cache pas qu’à ce moment là, je me suis demandé si je rêvais.

Enfin, ayant voulu faire mon travail d’administrateur le plus consciencieusement possible, je me suis quand même permis de poser des questions sur ce budget 2012.
J’ai été ainsi extrêmement étonné par le fait qu’il n’y ait pas une seule rentrée prévue pour
”Le Voyage à Nantes 2012”. Il n’est pas normal que sur un budget avoisinant 8 millions d’euros, il n’y ait pas un centime de retombée immédiate pour la SPL.
On m’a aussi affirmé qu’il n’y avait aucune inquiétude à se faire sur les résultats comptables de la SPL, puisque d’ors et déjà, celle ci avait augmenté le nombre de ses salariés et que dans la foulée le chômage allait diminuer sur le territoire de la Métropole.

En réalité, ce qui est choquant dans toute cette affaire, c’est qu’au moment où un grand nombre de nos concitoyens  sont fragilisés matériellement dans le cours de leur vie quotidienne, l’on fasse des paris et des choix, sans mettre toutes les chances de notre côté.
Pourtant, les mises en garde de la Chambre régionale des Comptes sur la gestion d’Estuaire et du Lieu Unique par son Directeur devraient vous servir de leçon.
On peut avoir de très bonnes idées et être un piètre gestionnaire, beaucoup d’artistes connaissent cette problématique.
Il suffirait de l’intégrer dans votre approche et de faire appel le plus rapidement possible à des compétences administratives proportionnées à nos ambitions touristiques et culturelles.

Pourquoi ne pas ne pas s’inspirer des méthodes de gestion, de la Folle Journée, qui elle, a toujours réservé de bonne surprises aux habitants de la Métropole.

Dans ces conditions, malgré les bonnes idées affichées, il nous sera impossible de voter en faveur de ce dossier.