Ma déclaration au Conseil Municipal du 30 mars 2012 Suite à la démission de Benoît Blineau et d’Isabelle Loirat du Conseil Communautaire

Monsieur le Maire, chers collègues,

Ce dossier qui vise  à procéder à l’élection de nouveaux représentants de la Ville au sein du Conseil communautaire de Nantes Métropole, me concerne au premier chef, puisque, comme l’a déclaré un membre de votre majorité :
“Il s’agit en réalité d’une manœuvre politicienne qui vise à écarter André Augier  du Conseil de la Métropole ».

Elu centriste sans étiquette, j’ai toujours privilégié dans mon travail une approche non partisane, avec pour seul objectif de mettre mes compétences au service de notre collectivité.

Vous savez tout l’intérêt que je porte aux dossiers qui traitent de la culture, du patrimoine et du centre-ville.

Vous savez aussi que mon engagement profond aux côtés du monde associatif  a souvent contribué à renforcer ses liens avec la Ville et la Métropole.

Nantais depuis toujours, j’aime travailler sans a priori,  au service de notre agglomération et de ses habitants. C’est peut-être pour cela que je suis la cible aujourd’hui de cette manœuvre aussi inattendue que brutale.

Je suis désolé que cela ait pour première conséquence de remettre en cause l’élection de l’ensemble des délégués de la commune à Nantes Métropole, intervenue le 21 mars 2008.
Ceci étant on peut aussi s’interroger sur des règles de fonctionnement qui aboutissent en réalité à fragiliser la bonne marche démocratique de ce Conseil.
Que deux démissions au sein du Conseil communautaire, suffisent à obliger notre collectivité, à trois semaines des élections présidentielles à se pencher sur de petits règlements de comptes entre élus, cela ne peut avoir qu’un effet déplorable sur la perception que peuvent avoir les électeurs sur le fonctionnement de notre démocratie.

Mais comme je suis persuadé que les nantais rejettent par nature toute forme de sectarisme, j’ai décidé de me présenter seul et libre devant vos suffrages. Même si je mesure  les limites de cette candidature, je pense que les valeurs d’ouverture et de dialogue auxquelles je suis attaché légitiment bien ma démarche.

Résultat du vote : Un siège de perdu pour l’opposition au conseil de Nantes Métropole (celui que j’occupais), et ce au profit de la majorité municipale.

Cela se passe de tout commentaire.

Lire la suite

HOMMAGE A YVES COSSON

“Nantes au coeur” ce recueil de poésies publié il y a quelques années résumait bien la délicatesse, la subtilité et l’humanité de notre grand poète nantais.

Observateur discret de la ville et de la vie quotidienne de ses habitants, il partageait avec nous, qui le rencontrions dans le quartier, ses émotions du moment.
Dans la joie, dans la peine, nous échangions entre “Contrescarpe et Calvaire “qu’il a si délicieusement évoqué au fil de ses vers.
Tous les sujets abordés ensemble apportaient joie de vivre et réconfort.

Par chance, j’avais aussi eu le privilège de suivre son enseignement en sixième,  au lycée Victor-Hugo; c’est ainsi que dès le premier jour je me suis senti, rassuré, encouragé et soutenu par un grand humaniste. C’est avec lui que j’ai commencé vraiment à aimer la langue française et son style.

Son amour de la nature et des arbres dans la ville m’a encouragé bien des fois à prendre leur défense. Les vers de son très beau poème  “ Mes tilleuls massacrés …” sont restés gravés dans ma mémoire.

Heureusement, Yves Cosson est l’auteur d’une œuvre considérable de poète, il continuera  ainsi à tenir compagnie aux Nantais.