Interventions

CONSEIL MUNICIPAL DU 06/12/2013

Budget Primitif 2014

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je ne reviendrai pas sur les déclarations que j’avais faites en octobre dernier à l’occasion du Débat d’orientation budgétaire. Elles demeurent globalement d’actualité.
En conséquence, je me cantonnerai principalement aujourd’hui sur ce qui concerne la culture et le patrimoine.
Dans ces domaines, le positif l’emporte sans contestation possible.

Ainsi, le renouvellement de la DSP pour la gestion du Château des Ducs de Bretagne, répond, je crois assez bien aux attentes que j’avais formulées en octobre dernier.
En effet, le renforcement du lien entre la Ville et ce grand équipement municipal, devrait logiquement vous permettre d’améliorer ce qui peut l’être, je pense en premier lieu aux expositions temporaires, mais pas seulement.
La réintégration du personnel détaché, devrait d’ailleurs contribuer positivement à l’accueil du public.

Vous vous souvenez aussi, de mes interventions sur le Conservatoire, la réalisation du nouveau bâtiment, qui est mentionnée dans ce Rapport, répond c’est évident,  aux attentes de tous ceux qui n’en attendaient pas moins de la Ville.

De même, en ces temps de crise, le maintien des subventions (22,8 M euros) aux associations culturelles est un geste fort en faveur de notre identité, et de notre cohésion sociale.
Les récents succès enregistrés par le dernier Festival des 3 continents, nous apporte la preuve qu’il faut parfois savoir soutenir des associations lorsqu’elles traversent des épreuves, les nantais en récoltent ensuite les fruits.

Pour ce qui concerne le Patrimoine, où beaucoup reste à faire, on ne peut que se féliciter du partenariat qui a été lancé avec la Fondation du Patrimoine et son président, Gérard Pompidou, c’est effectivement une bonne idée de restaurer nos statues. Et il faut reconnaître que la Colonne des martyrs de 1830 en a bien besoin.

Enfin, j’étais intervenu à de nombreuses reprises pour attirer votre attention sur la nécessaire réhabilitation de cet espace vert unique à Nantes qu’est le Cours Cambronne, il figure bien dans votre Rapport, comme d’ailleurs, les travaux prévus au parc des oblates.

En conclusion, à Nantes, 2014 s’annonce sous des auspices favorables dans ces domaines, donc, je voterai le budget.

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 11/10/2013                                                                   DOSSIER 3

Le document du débat d’orientations budgétaires que vous nous soumettez aujourd’hui, se présente un peu comme si Nantes n’avait rien à voir avec la réalité Française :
croissance nulle en 2012 et presque nulle en 2013, taux de chômage en progression constante, prélèvement obligatoires disproportionnés par rapport à ce qui est pratiqué en Europe et dans le monde.
Belles promesses non tenues, comme cet engagement pris par notre ancien Maire devenu Premier Ministre que seuls 10% des contribuables seraient touchés par les hausses d’impôts. La réalité c’est qu’un an après, ce sont plus de la moitié des Français qui sont touchés, donc les classes moyennes. Quel échec !

Dans ces conditions il est certain que notre collectivité va devoir affronter une réduction drastique de ses dépenses en 2014. Pourtant dans ce document on ne nous dit pas quelles seront les domaines affectés et quels seront ceux qui seront sanctuarisés.      Quels seront vos choix ? Qui allez vous sacrifier ?

D’autres questions se posent : Ainsi, sur la fiscalité locale, effectivement les taux n’augmentent pas, mais n’oublions pas que la taxe d’habitation à Nantes était en début de mandat 53% supérieure à la moyenne nationale.
Cependant, les “impôts ménages” augmenteront quand même mécaniquement du fait de la croissance des bases.
Ne faudrait il pas bâtir un budget avec une diminution des taux, pour préserver les classes moyennes qui subissent aussi des augmentations de tarif ?
Justement, à propos de ces recettes tarifaires limitées à 3%, comprennent-elles une augmentation des tarifs de stationnement ?

Pour les dépenses de personnel, comment ferez vous pour maintenir l’évolution de la masse salariale à +3,5% ? L’effectif global Ville de Nantes Nantes Métropole continue de croître, même faiblement. Le point d’indice des fonctionnaires augmentera lui aussi un jour, comme les effets mécaniques de l’ancienneté des agents, cela pose la question de la sincérité de votre budget primitif.

Sur la réforme des rythmes scolaires, avez-vous bien pris en compte l’application de la réforme ? Il ne faudrait pas qu’en 2014 nous soyons obligés d’approuver des avenants de +63% comme en 2013.

N’y a t’il pas aussi dans ce document une grande différence entre l’affichage et la réalité ?
La très faible fréquentation des expositions temporaires du château des ducs de Bretagne ne semble pas vous inquiéter, comment envisagez vous de la faire remonter ?
Êtes -vous vraiment satisfaits des résultats du Voyage à Nantes pour le reconduire en l’état ? Les professionnels lui reprochent pourtant d’être trop nanto-nantais et donc de ne pas attirer suffisamment de visiteurs extérieurs.
Quand au Musée d’Art, on ne connaît toujours pas son enveloppe financière globale, c’est inquiétant.

Vous vous targuez de votre politique sur les espaces verts, vous oubliez leur minéralisation à outrance. Square Mercoeur, les pavés commencent à recouvrir les allées, le macadam recouvre déjà celles des douves du château, comme celles du jardin des plantes, avez vous pensé aux eaux de ruissellement ?
Sur la coopération internationale, l’Europe est presque oubliée, alors que nous bénéficions de nouvelles lignes directes avec la plupart des grandes capitales Européennes.

En conclusion : toutes nos actions et tous nos investissements sont ils indispensables?
En période d’austérité il faut savoir faire des économies et surtout maîtriser les budgets et éviter les dérives, ce n’est pas ce qui se passe avec l’augmentation de plus de 100% en trois mois destinée à Royal de Luxe, et ce malgré vos engagements.
C’est pourquoi, nous attendons Monsieur le Maire, pour le budget primitif 2014 des baisses d’impôts et taxes pour tous les nantais, ainsi que des mesures pour supprimer les coûts n’apportant pas suffisamment de valeur ajoutée à la population.

En 2014, les priorités de la Ville devront porter sur l’habitat, l’emploi, les déplacements, l’enseignement, la recherche, la tranquillité publique et la sécurité.
Parallèlement, il faut préserver les mixités sociale et commerciale, vivifier le centre ville et poursuivre les efforts en direction des handicapés.
Mais pour atteindre ces objectifs d’une manière saine, il faut savoir agir sur les dépenses plus que sur les recettes qui ont atteint un seuil maximum.
C’est ce que vous n’avez pas voulu faire jusqu’à maintenant, il n’est jamais trop tard pour agir.

_________________________________________________________________________

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 11/10/2013                                                                   DOSSIER 27 : ASSOCIATIONS CULTURELLES

Je voudrais revenir sur la subvention destinée à Royal de Luxe, en particulier sur les déclarations que vous avez faites au Conseil Municipal du 28 juin dernier.

Lorsque je vous ai interrogé sur le coût maximum du géant de 2014, vous m’avez répondu, je cite : “Nous sommes sur un delta de 200 000 à 300 000 euros en plus des 500 000 euros que nous allons voter “, soit 700 000 à 800 000 euros.
Aujourd’hui, vous nous annoncez que ce sera plus du double. Comment pouvez-vous, en pleine crise, au moment même où les nantais subissent de plein fouet ses effets, cautionner ce dérapage gigantesque de plus de 100% du budget de l’opération.

Je constate que vous n’avez pas hésité à induire tous les membres du Conseil en erreur.
A qui ferez-vous croire qu’une telle augmentation a pu se produire en trois mois ?
Soit cette association est mal gérée et n’est pas capable de présenter un budget prévisionnel sérieux, et dans ces conditions il faut lui imposer des limites précises avant chaque événement, soit vous nous rejouez le coup du Musée d’Art.

Pourquoi, comme sur ce dossier, ne pas nous dire les choses franchement dès le départ? Ce serait plus clair et plus honnête. Nous saurions ainsi à quoi l’on s’engage lorsque nous votons la première tranche. Vis à vis des contribuables tout serait clair et net.
Quoiqu’il en soit c’est lamentable. Vous nuisez ainsi à l’image de cet événement et de la compagnie qui a su en son temps séduire les nantais.
Je m’abstiendrai donc sur ce dossier, en pensant à tous les nantais que vous avez trompés.
_________________________________________________________________________

5 OCTOBRE 2012                     Débat :                                              DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EMPLOI
QUELS LEVIERS POUR NOTRE AVENIR ?

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je voudrais tout d’abord remercier les intervenants d’avoir accepté cette invitation.
Toutes ces interventions contribueront, c’est certain, à une meilleure connaissance des réalités économiques nantaises.

Pour ma part, je souhaite m’attarder quelques instants sur la filière touristique, qui représente plus de 8000 emplois sur notre agglomération.

Nantes, Ville d’art et d’histoire, dispose d’un potentiel pas encore pleinement exploité.

Il existe des points forts :

Patrimoine architectural, Folle journée, Machines de l’île (500 000 visiteurs attendus cette année) etc.
Et ce, dans un environnement assez favorable : proximité de la côte Atlantique, aéroport en forte croissance, autoroute de la mer etc.

Des point faibles aussi :

Taux de remplissage des hôtels stagne (-1% cet été), nos  visiteurs sont plus souvent locaux ou régionaux qu’étrangers.

Le commerce de centre-ville, plus particulièrement tourné vers le tourisme, ne semble pas en meilleure posture.

Même constat pour ce qui concerne l’unique grand musée nantais encore ouvert : le Château des Ducs a vu sa fréquentation baisser fortement ces dernières années.

Ces résultats en demi-teinte sont d’autant plus préoccupants, qu’ils s’inscrivent dans une période qui a vu le lancement de la SPL “ Le Voyage à Nantes “ et plus récemment l’événement du même nom, qui a quand même coûté plus de 8 millions d’euros.

La question que je me pose aujourd’hui, c’est de savoir s’il sera si facile que cela d’inverser cette tendance, d’autant plus que la crise économique ne semble pas s’éloigner, loin de là !
Quelles nouvelles pistes pourrions nous suivre pour re-dynamiser ce secteur, qui, c’est évident, contribue fortement au développement économique de notre agglomération ?

Ne serait il pas judicieux d’entamer une réflexion sur les causes du retard nantais par rapport aux villes Européennes comparables ?

_________________________________________________________________________

29 JUIN 2012 : DOSSIER CHATEAU DES DUCS

Monsieur le Maire chers collègues,

Je voudrais revenir aujourd’hui sur le rapport des administrateurs délégués par la Ville au sein de la SPL “Le Voyage à Nantes”.

Château des ducs de Bretagne

Même si le rapport qui nous est communiqué ne le dit pas clairement, la fréquentation des espaces muséographiques et des expositions temporaires a encore baissée en 2011 (161 000 visiteurs contre 188 000 en 2010).
Lorsque l’on sait qu’en 2007 il s’élevait à 284 000 visiteurs on mesure l’ampleur de la régression.

Il est vrai que la fréquentation des espaces muséographiques a légèrement augmenté en 2011 (136 000 contre 131 000 en 2010), mais la chute vertigineuse de la fréquentation des expositions temporaires nous interpelle, nous sommes passés de 57 000 en 2010 à 25 000 en 2011.

Pourquoi ces résultats calamiteux ?

Est- ce lié au choix des thèmes retenus pour les expositions temporaires ?
Beaucoup on critiqué l’exposition “Nantais venus d’ailleurs”, qui s’est prolongée sur plusieurs mois.
D’autres nous disent que le départ prématuré de Marie-Hélène Joly, aux compétences unanimement reconnues à la Direction des Musées de France, n’a rien arrangé.
Ce poste, il est vrai, mérite bien par son importance, un ou une directrice de stature nationale.

Enfin, les derniers attribuent ce “dévissage” au passage de témoin entre “Nantes Patrimoine”, qui nous avait réservé de très bonnes surprises, du côté de la fréquentation, au “Voyage à Nantes”qui ne semble pas en mesure de dynamiser la fréquentation du Château.

Personnellement,  je pense que toutes ces critiques sont assez justes.
Il y a urgence à en tirer toutes les conclusions, avant qu’il ne soit trop tard et ce d’autant plus, que les deux autres grands musées nantais seront fermés dans les prochaines années.

Malheureusement, ce rapport n’est pas beaucoup plus rassurant pour ce qui concerne la Librairie du Musée des Beaux-Arts qui se trouve tout naturellement pénalisée par la fermeture du Musée.

Sur Estuaire, on ne nous communique aucune autres données comptables que le total du budget d’exploitation, ce n’est pas normal.

Heureusement, les Machines fonctionnement bien et nous réservent quelques bonnes surprises, mais il est vrai que là, la Direction n’a pas changé de main. Apparemment l’autonomie à l’intérieur du “Voyage à Nantes” , c’est plutôt payant.

Enfin, pour le tourisme, en 2011, le “Voyage à Nantes” ne semble pas avoir fait de miracle.
Attendons les résultats de 2012 pour y voir plus clair.

____________________________________________________________________________

29 JUIN 2012 : DOSSIER ILOT ORLEANS

Monsieur le Maire chers collègues,

Sur ce dossier, je voudrais revenir sur le point 3 qui concerne l’aménagement du secteur Boucherie et plus particulièrement sur l’îlot d’Orléans.
On nous indique que l’enceinte médiévale sera mise en valeur, le problème c’est qu’elle est actuellement mise en valeur, mais qu’à partir du moment où un immeuble sera construit entre l’allée d’Orléans et cette fortification, elle perdra une grande partie de sa lisibilité.
En effet, c’est sa surélévation par rapport au Cours des Cinquante Otages qui la rend vraiment impressionnante.
Imaginez un instant que l’on construise un immeuble entre  le château des ducs de Bretagne et la rue des Etats ! Qui oserait prétendre que cela contribuerait à la mise en valeur du site !
Comme pour les chapelles Espagnoles du couvent des Cordeliers, l’îlot des Jacobins et tant d’autres joyaux architecturaux nantais, la tour du Haut -Pas est donc vouée à perdre sa signification.

A l’heure où la société publique locale “Le Voyage à Nantes” lance sa première offensive touristique d’envergure, on peut regretter qu’elle n’ait pas investit le site de la Tour du Haut-Pas, cela aurait peut-être contribué, non seulement à notre rayonnement architectural, mais aussi à un geste courageux de résistance,  vis à vis des promoteurs, qui sont déjà tellement gâtés à Nantes.

___________________________________________________________________________

29 JUIN 2012 : DEMISSION DE JEAN-MARC AYRAULT

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Maire

Dès votre nomination, je vous ai présenté mes félicitations, je l’ai fait dans un esprit Républicain, étant fondamentalement attaché à notre Démocratie et à toutes les valeurs qu’elle porte en son sein.

Nous pouvons tous être fiers de constater que l’expérience que vous avez accumulée avec nous, à Nantes, vous ait permis d’accéder à de si hautes fonctions.

Siégeant depuis plus de dix ans du côté de l’Opposition Municipale, vous savez que je n’ai pas hésité à marquer mes accords et mes désaccords sur les dossiers que vous nous avez présentés.
Ceci étant, je voudrais ici rendre hommage à votre écoute et au respect que vous avez bien voulu accorder à cette forme d’opposition constructive et non partisane.

Il ne sera d’ailleurs,  peut être pas si facile pour vos successeurs,  d’égaler votre disponibilité et votre rigueur dans la gestion de la Ville de Nantes.

La tache qui vous attend est immense, la notre ici plus modeste, mais pas moins cruciale pour les nantaises et les nantais. L’Histoire jugera du bien fondé de nos actions, mais elle retiendra, c’est certain, qu’en 2012, un Maire de Nantes est devenu Premier Ministre de la République Française.

___________________________________________________________

Délégation de Service public pour la gestion et la mise en oeuvre de la politique touristique  – Programme annuel et subventions 2012
Groupe Démocratie et Progrès – Intervention d’André Augier au Conseil Communautaire du 10 février 2012

Monsieur le Président, chers collègues,

Ce dossier est important pour notre Métropole, à deux titres : premièrement, parce que le plan d’action annoncé est très ambitieux et deuxièmement, parce que la contribution demandée à notre collectivité pour 2012, s’élève à 7 724 000 euros.

Et ce, dans un contexte économique et touristique des plus mal orientés.
En effet, la crise de l’Euro ne favorisera probablement pas une augmentation du tourisme européen, d’autant plus que la date choisie pour l’événement “Le Voyage à Nantes 2012” risque d’entrer en collision avec le déroulement des jeux Olympiques Londoniens, qui se déroulent exactement au même moment.

Ceci étant posé, il y a de bonnes intentions et de bonnes idées dans ce dossier.

En particulier, le choix du site d’accueil touristique rue des Etats, il correspond d’ailleurs à une demande que nous avions formulée pendant le précédent mandat.
De même, nous sommes ravis par la mutation prévue à la Station Prouvé.

Sur la promotion de la destination, on ne pourra apporter un jugement, qu’après coup.   Ce n’est pas forcément la somme des actions entreprises dans ce domaine qui compteront, mais plutôt les éventuelles retombées économiques.

Par contre, lorsque l’on aborde la mission commercialisation déléguée à la SPL, tout paraît plus flou dans ce dossier.
La raison en est probablement, que la gestion de cette structure, qui a pourtant plus d’une année d’existence, n’a rien à voir avec les objectifs ambitieux que nous lui avons fixés.

Les Conseils d’Administration se suivent et se ressemblent, le dernier était éloquent.
Trois heures consacrées à la présentation des idées et des projets de la SPL.
Quinze minutes tout au plus, pour la discussion et le vote du Budget 2012, qui s’élève quand même au total à plus de 32 millions d’euros.
De plus, les administrateurs on reçu, pour toute information sur ce point crucial, cette simple feuille de papier, quasiment illisible, truffée d’erreurs comptables, d’ailleurs reconnues par l’adjointe du directeur, chargée de présenter ce dossier.

Lorsque j’ai cité en exemple les documents très élaborés et détaillés qui étaient adressés aux administrateurs de l’ancienne SEM Nantes Culture Patrimoine, on m’a répondu que la SPL avait une envergure et un nombre de salariés bien supérieurs, et qu’elle ne pouvait donc pas être en mesure de nous communiquer autant d’éléments sur le Budget, que cette société. Je ne vous cache pas qu’à ce moment là, je me suis demandé si je rêvais.

Enfin, ayant voulu faire mon travail d’administrateur le plus consciencieusement possible, je me suis quand même permis de poser des questions sur ce budget 2012.
J’ai été ainsi extrêmement étonné par le fait qu’il n’y ait pas une seule rentrée prévue pour
”Le Voyage à Nantes 2012”. Il n’est pas normal que sur un budget avoisinant 8 millions d’euros, il n’y ait pas un centime de retombée immédiate pour la SPL.
On m’a aussi affirmé qu’il n’y avait aucune inquiétude à se faire sur les résultats comptables de la SPL, puisque d’ors et déjà, celle ci avait augmenté le nombre de ses salariés et que dans la foulée le chômage allait diminuer sur le territoire de la Métropole.

En réalité, ce qui est choquant dans toute cette affaire, c’est qu’au moment où un grand nombre de nos concitoyens  sont fragilisés matériellement dans le cours de leur vie quotidienne, l’on fasse des paris et des choix, sans mettre toutes les chances de notre côté.
Pourtant, les mises en garde de la Chambre régionale des Comptes sur la gestion d’Estuaire et du Lieu Unique par son Directeur devraient vous servir de leçon.
On peut avoir de très bonnes idées et être un piètre gestionnaire, beaucoup d’artistes connaissent cette problématique.
Il suffirait de l’intégrer dans votre approche et de faire appel le plus rapidement possible à des compétences administratives proportionnées à nos ambitions touristiques et culturelles.

Pourquoi ne pas ne pas s’inspirer des méthodes de gestion, de la Folle Journée, qui elle, a toujours réservé de bonne surprises aux habitants de la Métropole.

Dans ces conditions, malgré les bonnes idées affichées, il nous sera impossible de voter en faveur de ce dossier.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

« Délégation de Service public pour la gestion et la mise en œuvre de la politique touristique – prolongation – avenant »

Groupe Démocratie et Progrès – Intervention d’André Augier au Conseil Communautaire du 9 décembre 2011

Monsieur le Président, chers collègues,

Ce dossier qui vise à la prolongation de la DSP pour la gestion et la mise en œuvre de la politique touristique de Nantes Métropole, découle comme vous nous le dites, du report de la biennale Estuaire, dénommée aussi “Voyage à Nantes 2012”.

Dans des circonstances normales, cette délégation et l’avenant qui s’y rapporte, ne feraient probablement pas débat.
Mais je souhaite attirer votre attention sur plusieurs points qui nous obligent à exercer une vigilance renforcée sur les tenants et aboutissants de cette proposition.

Tout d’abord, les récentes mises en garde émises par la Chambre Régionale des Comptes, sur la gestion des précédentes biennales par l’actuel directeur du “Voyage à Nantes”, par ailleurs à l’origine de ces événements, ne peuvent être prises à la légère par notre collectivité.

Ensuite, le coût très important de cette manifestation pour le contribuable, ne peut être déconnecté de l’environnement économique extrêmement inquiétant qui nous assaille chaque jour un peu plus.
D’ailleurs, le nombre croissant de nos concitoyens qui sont fragilisés par cette crise, nous impose d’éviter tout dérapage, dans la conduite de nos politiques, quel qu’elles soient.
La culture et le tourisme, ne peuvent se soustraire à cette règle générale, sous peine d’être montrées du doigts par tous ceux qui n’ont plus de moyens décents de subsistance.

Malheureusement, le dernier Conseil d’Administration de la SPL “Le Voyage à Nantes” est loin de nous avoir rassuré.
A six mois de la prochaine biennale le Directeur de cette structure, est encore dans l’incapacité de nous présenter un programme définitivement bouclé, il évoque aussi d’ultimes arbitrages budgétaires, alors que son enveloppe budgétaire est fixée depuis longtemps.
Les recettes sont connues, globalement, par contre il semble que le coût des œuvres et des différentes manifestations n’est pas encore  établi avec précision.

Cette situation est paradoxale, car souvenez vous, cette biennale aurait dû se dérouler en 2011, elle a été reportée pour permettre la réalisation d’un événement de grande ampleur dans des conditions optimum de préparation. Je vous rappelle aussi, que ce retard a entraîné un surcoût très important pour notre collectivité.

Enfin, ce qui est inquiétant dans cette situation, c’est que tous les organisateurs d’événements de ce type, vous diront que normalement toute la programmation devrait être bouclée au moins un an avant sa réalisation. Ceci, afin de permettre de peaufiner les détails pratiques afférents à tout ce qui s’adresse à un très large public.
D’ailleurs on ne peut s’empêcher de considérer qu’il y a beaucoup d’amateurisme, dans la démarche de notre fameux directeur, car enfin, programmer deux fois le même artiste sur deux lieux différents, à l’occasion d’un même événement, cela ne fait pas très sérieux.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

« Estuaire et gestion de LU, rapport de la Chambre Régionale des Comptes »

Intervention d’André Augier au Conseil Municipal vendredi 7 octobre 2011

Ce dossier comporte de très bonnes choses, entre autres, l’aide complémentaire à l’ANO et celle destinée à l’association “Bonne garde”.
Pour ce qui concerne le CRDC, là encore, rien à dire sur le principe d’une subvention d’investissement.
Mais, comme cette association vient de faire l’objet d’un contrôle par la Chambre Régionale des Comptes qui a émis un certain nombre de critiques sur sa gestion et ses activités, il aurait été préférable que le dossier 34 qui s’y rapporte nous soit présenté avant le vote de cette subvention.
D’autant plus, que vous avez toujours refusé de prendre en considération nos mises en garde, maintenant qu’elles s’avèrent justifiées, la moindre des politesses était d’avoir l’honnêteté de reconnaître vos erreurs, avant de nous demander de voter une nouvelle subvention pour cette association.
Compte tenu du degré de l’engagement financier de la Ville dans cette association, vous auriez dû exercer un contrôle plus rigoureux sur sa gestion et ses finances. C’est le contraire qui s’est produit, vous avez tout fait pour cacher aux nantais la réalité des dérapages.
Le non respect du contrat d’objectif pour la saison 2008/2009, avec baisse de la fréquentation et création artistique insuffisante, vous auriez dû nous en parler lorsque nous vous avons interrogé sur ce point.
Les 1 600 000 euros d’emprunt pour couvrir les dépassements budgétaires d’Estuaire, aussi.
Les 2 100 000 euros de frais financiers et juridiques pour la biennale 2009, ont été passés sous silence, ce n’est pas acceptable. D’ailleurs, les nombreux contentieux engagés par cette association nous confirment dans l’idée qu’elle n’a pas su choisir avec discernement ses interlocuteurs.
Passons, sur les mauvaises relations avec les autres partenaires culturels, sur l’échec des relations avec les habitants de Malakoff et l’opacité sur la gestion de l’association.
Normalement toutes ces fautes devraient retomber sur le directeur de cette association, qui on nous le dit, avait les pleins pouvoirs.
Mais non, vous avez décidé de le récompenser en lui offrant une promotion, pour laquelle vous n’avez pas hésité à renvoyer un directeur qui avait lui, donné toute satisfaction.
Aujourd’hui, on comprend mieux, pourquoi il fallait précipiter la création d’un poste sur mesure pour le directeur du CRDC.
Tous les directeurs des institutions culturelles nantaises apprécieront à sa juste valeur cette marque de favoritisme qui fera tache sur votre gestion.
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

« Dossier Politique touristique – Programme des actions nouvelles 2011″

Groupe Démocratie et Progrès

Intervention d’André Augier au Conseil Communautaire du 20 juin 2011

Le 10 décembre 2011 notre collectivité a décidé de regrouper les activités de la SEM Nantes Culture et Patrimoine avec l’Office du Tourisme et la Biennale Estuaire.

Nous avions apporté, notre soutien à la création de la SPL “Le voyage à Nantes”, mais en posant un certain nombre de conditions.

En effet, compte tenu du fait que Nantes Métropole, voyait à cette occasion sa participation dans cette Société, passer de 5% à 70%, ils nous paraissait légitime d’éviter toute dérive dans la gestion et les budgets de cette nouvelle structure.

Ainsi nous précisions que la triple greffe annoncée obligerait l’équipe dirigeante à faire preuve de beaucoup de diplomatie, en particulier vis à vis des grands équipements culturels, comme le Château des Ducs, qui a vu sa fréquentation en 2010 augmenter de 11%. Preuve que la large autonomie dont il avait bénéficié jusqu’alors, portait ses fruits.

Malheureusement, comme on pouvait le craindre, connaissant le profil du nouveau directeur, quelques mois ont suffit, pour que ce dernier se sépare brutalement de Marie Hélène Joly, la Directrice du Château, avec laquelle il ne s’entendait pas. Ceci, sans que les membres du Conseil d’Administration soient informés ou même consultés.

Curieux, alors qu’elle avait donné toute satisfaction depuis sa prise de fonction, curieux aussi, quand on connaît son parcours professionnel impeccable à l’Inspection des Musées de France. Le prétexte invoqué : “elle dirigeait mal son équipe”.

Mais prétexte insuffisant pour la renvoyer sans lui verser des compensations, sensées probablement éviter un conflit public avec elle.

Comme elle était dans son droit,  ces compensations sont tellement importantes, que lors de la dernière réunion de la Commission Attractivité, la personne qui a présenté le dossier a refusé  d’éclairer ses membres sur ce point.

Lors du Conseil d’Administration de la SPL qui s’est déroulé mardi dernier, aucun chiffrage précis ne nous a été communiqué, de toutes façons l’année prochaine nous en saurons plus, puisque c’est ce qui s’est passé  pour le Directeur de Nantes Culture et Patrimoine.

Avec le résultat que l’on connaît maintenant : la SPL présente dès sa première année d’activité  un déficit de 281 000 euros, correspondant à ce qu’il a fallu verser à Jean-Baptiste Desbois, pour éviter une suite judiciaire à son licenciement.

C’est quand même incroyable de créer une nouvelle structure et de commencer par renvoyer des personnes compétentes. Leur seul défaut n’est il pas de ne pas plaire au nouveau directeur ?

Mais attendons un peu, nous verrons bien si cet autoritarisme exacerbé sera plus payant pour la SPL, que les relations plus humaines qui prévalaient du temps l’Office du Tourisme et de Nantes Culture et Patrimoine.

Nous disions aussi, en décembre dernier, que cette SPL “deviendrait une structure très lourde, dont la gestion demandera beaucoup de rigueur”. Nous poursuivions : “ces paramètres laisseront peu de place à l’improvisation et aux approximations”.

Or, là encore, nos craintes n’étaient pas infondées.

Ainsi, lors de la première réunion du Conseil d’Administration de la SPL, la Présidente nous avait précisé qu’elle réunirait les administrateurs en avril, afin qu’ils se prononcent sur le budget 2011. En réalité, c’est seulement au cours de la réunion de la Commission Attractivité qui s’est tenue le 6 juin dernier, que l’on a présenté aux membres de cette commission un dossier intitulé “Programme d’actions nouvelles et Subvention pour 2011.

De fait, les membres du Conseil d’Administration du “Voyage à Nantes” ont dû attendre encore une semaine avant de découvrir, le jour même du Conseil d’Administration, sur table,  un document illisible, intitulé “Budget 2011”. On leur a d’ailleurs précisé qu’il ne sagissait que d’une approche générale, qui serait susceptible d’évoluer dans les mois qui viennent.

Cela se passe de tout commentaire !

Ceci étant, le Programme d’actions nouvelles 2011, comporte un certain nombre de bonnes idées, qui auraient d’ailleurs été susceptibles d’être  peut-être  améliorées, si un véritable débat pouvait s’organiser.

Malheureusement, on peut craindre que le passage tardif de ce dossier ne favorise pas une véritable réflexion collective sur les enjeux et les objectifs. Je dois dire que je n’ai pas eu l’impression que l’on ait eu plus ce désir là, lors du Conseil d’Administration fleuve qui s’est déroulé mardi dernier.

Enfin, le dernier point qui nous préoccupe, ce n’est pas tant cette augmentation très importante du montant de la participation de Nantes Métropole (avec la rallonge prévue pour Estuaire, il s’agit quand même d’environ 1 500 000 euros), que de savoir que cette contribution  demandée à nos concitoyens, ne soit pas l’objet d’une gestion rigoureuse.

Compte tenu de ce que je viens de dire précédemment, tout est possible.

La conduite à vue et l’opacité n’apportent jamais de bon résultats à long terme.

Ce serait quand même dommage, que le tourisme qui rapporte partout dans les grandes villes de France en vienne à coûter de l’argent aux contribuables de la Métropole

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

“Nantes culture et patrimoine” – Regroupement des activités culture et tourisme Transformation de la société d’économie mixte locale en société publique locale dénommée “Le voyage à Nantes”

Groupe Démocratie et Progrès

Intervention d’André Augier au Conseil Communautaire du 10 décembre 2010

Ce dossier que vous nous demandez d’approuver aujourd’hui vient renforcer le poids culturel et l’image de Nantes Métropole d’une manière significative. En effet,  cette opération va augmenter sensiblement notre participation, qui passe de 5% détenus dans la SEM à près de 70% dans la future SPL.

Cette décision aura pour conséquence d’engager la responsabilité budgétaire de la communauté urbaine dans des proportions beaucoup plus importantes qu’actuellement.

Par ailleurs, compte tenu de l’ampleur des objectifs que vous vous fixez, il ne s’agit pas d’un challenge gagné d’avance, il faudra donc réunir un maximum de conditions favorables pour se mettre en mesure de relever ce nouveau défit.

C’est pourquoi il nous paraît important d’attirer votre attention sur un certain nombre de points.

Tout d’abord, la triple greffe annoncée – Office du Tourisme, SEM “Nantes Culture et Patrimoine, Estuaire – nécessitera beaucoup d’énergie et de diplomatie, comme d’ailleurs les relations avec les grands équipements culturels que sont le Château des ducs de Bretagne et les Machines. A ce propos, les chiffres de fréquentation, bien meilleurs qu’attendus, nous apportent la preuve que la large autonomie dont ils ont bénéficié jusqu’à maintenant à plutôt constitué un atout vis à vis du public.

Il est évident que cette SPL deviendra une structure très lourde, dont la gestion demandera beaucoup de rigueur  et une vision réaliste et solide de la stratégie à suivre. Ces paramètres laisseront peu de place à l’improvisation et aux approximations.

De plus l’environnement économique défavorable imposera à la SPL une gestion budgétaire rigoureuse et probablement une rationalisation sinon une diminution des marges de manoeuvre financières. Nous remarquons au passage, que le document que vous nous présentez aujourd’hui est dépourvu de toute indication sur le budget de la future SPL.

Ce qui n’est pas sans inquiéter les salariés de la SEM qui rejoindront la nouvelle structure.

Inquiétude d’autant plus justifiée, que le retrait annoncé du Département de Loire-Atlantique de l’opération Estuaire n’est pas forcément un signe de bonne augure.

Pour toutes ces raisons, les représentants de Nantes Métropole siégeant au conseil d’administration de la SPL, devront faire preuve d’une  très grande vigilance,   proportionnée à l’augmentation de la participation métropolitaine dans cette nouvelle société.

Enfin, si le directeur de la SPL, recruté avant l’été est un homme de culture, au même titre que René Martin ou Pierre Oréfice et tant d’autres dans notre Métropole, il devra aussi devenir un bon gestionnaire et être en même temps capable de fédérer autour de lui tous les acteurs du tourisme et de la culture qui se trouvent à partir de maintenant impliqués dans cette nouvelle révolution touristique et culturelle.

Nous souhaitons aussi attirer votre attention sur l’ambiguïté qui existe entre “Le voyage à Nantes” 2012, qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et la société publique locale dénommée elle aussi “Le voyage à Nantes”, dont le contenu et le fonctionnement sont encore très flous.

N’oublions pas que la gestion d’un événement n’a rien à voir avec la vie quotidienne d’une structure chargée de faire fonctionner  le tourisme et le développement économique à plus long terme.  La stratégie des “coups” propre à l’événementiel ne saurait suffire à assurer l’attractivité permanente de notre Métropole.

C’est pourquoi nous veillerons, à ce que cette SPL privilégie une vision à long terme  ambitieuse et respectueuse des objectifs que nous lui fixons aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>