LE PROFIL DU FUTUR MAIRE DE NANTES EN 2014

Pour la plupart des représentants des partis politiques, la campagne pour les élections municipales de 2014 a déjà commencé.
Le thème principal en sera bien sûr un nouveau projet de gouvernance pour Nantes.

Il y a, et c’est normal, un certain décalage entre les priorités énoncées par les partis politiques et celles privilégiées par la grande majorité de nos concitoyens.

En effet, les Nantais subissent de plein fouet les conséquences de la crise, pour eux la priorité, c’est comment faire face aux augmentations démesurées des impôts, des charges, des coûts des transports, du stationnement et tant d’autres postes inflationnistes.
Au moment où leurs revenus diminuent, où le chômage atteint des sommets, ils imputent avec raison leur appauvrissement à tous ceux qui ont exercé des responsabilités importantes ces dernières années.
C’est le cas de l’ancien Maire de Nantes, devenu Premier Ministre, dont ils découvrent que la parole peut être mise en doute.
Un seul exemple suffira : le Premier Ministre a déclaré le 27 septembre 2012 au sujet des hausses d’impôts que “à revenus constants, neuf contribuables sur dix ne seraient pas touchés” en réalité ce sont 44 % des contribuables français qui ont vu leurs impôts augmenter !
A Nantes comme ailleurs, on ne peut pas continuer à être gouverné par des responsables politiques qui ne tirent pas toutes les conséquences de leurs erreurs.

Membre de l’Opposition Municipale, élu sans étiquette, émanant directement du monde associatif, j’ai toujours été considéré comme représentant de la société civile au sein du Conseil Municipal ce que j’assume pleinement; qui dit société civile sous-entend civisme et objectivité.
C’est pourquoi, je déploie toute mon énergie pour répondre aux demandes d’intervention, qui me sont adressées directement par de nombreux Nantais.
Ils attendent pour la plupart un changement de gouvernance, ils ne supportent plus le déficit de concertation, source de nombreuses erreurs de gestion des dossiers nantais.
Ils souhaitent que les dépenses de la Ville soient mieux gérés, afin de prendre en compte les difficultés financières qu’ils traversent. Toutes les dépenses liées aux événements spectaculaires, éphémères, somptuaires, sont l’objet de leur réprobation.
Ils ne supportent plus les dépassement de budget de certains dirigeants, surtout lorsque ces derniers ne sont jamais sanctionnés.

C’est pourquoi, les prochaines élections municipales intéresseront Nantais et Nantaises,  et c’est probablement ce qui explique que l’on m’interroge sur mes projets pour 2014.
Beaucoup me demandent de continuer à relayer leurs demandes, qui ont souvent pour objectif d’améliorer leur vie quotidienne.
Mon action est guidée par les Nantais et j’évite d’adopter une approche trop partisane, afin d’amener la majorité municipale à tenir compte des souhaits exprimés par nos concitoyens.

La modération, l’humanisme, sont autant de valeurs centristes qui animent mon action.
Mais pour que ces valeurs, soient reconnues, il faut qu’un véritable changement s’opère dans la gestion de la Ville et ce changement ne pourra intervenir qu’autour d’un projet fédérateur de toutes les composantes de l’opposition, qui doit bien sûr s’ouvrir largement aux représentants du monde associatif, qui sont par définition en lien direct avec une grande partie de la population.

Quel pourrait être le profil du meilleur leader?
L’expérience, l’écoute, l’ouverture d’esprit, l’habitude des débats et du dialogue, la bonne connaissance de la Métropole et de ses grands dossiers, et bien sûr, une capacité à faire respecter les décisions prises pour le bien de la collectivité.
En tant qu’élu de terrain, je déploierai, dans les mois à venir toute mon énergie pour que  les conditions soient réunies, afin que la prochaine équipe municipale soit le plus en phase possible avec la réalité nantaise et surtout avec les Nantais.