GESTION DU SITE DU CHÂTEAU, DU MEMORIAL, DES CRYPTES

Je regrette que ce dossier nous soit présenté avant celui qui concerne le rapport des délégataires de service public, qui traite aussi du château des ducs de Bretagne et du Mémorial.

En effet, voter le principe d’une délégation de service public à la SPL Le Voyage à Nantes, sans avoir au préalable débattu sur ce rapport n’a pas de sens.
Car c’est seulement si nous sommes satisfaits des services de cette SPL que nous pouvons nous prononcer en connaissance de cause.

Or, personnellement, je ne le suis pas.
D’autant plus que l’auto satisfaction affichée dans ce rapport n’a rien à voir avec la réalité.
Bien sûr, la fréquentation qui est gratuite,  du site est bonne; mais la vérité c’est que depuis que le VAN a pris la direction du Château, la fréquentation payante des espaces muséographiques s’est effondrée, moins 120 000 visiteurs par rapport à 2007, moins 20 000 par rapport à 2010.
De plus la gestion du VAN est telle, que l’on est pas en mesure de me répondre lorsque je demande le chiffre de fréquentation des différentes expositions temporaires.
L’autre jour on m’a dit en commission que les Nantaises au travail et L’Austria avaient drainées à elles deux seulement 26 000 personnes. Pour le détail par exposition, rien à faire, pas de chiffres disponibles, à moins qu’ils ne soient réservés aux membres de la majorité !

Au VAN on semble se contenter de l’augmentation de la fréquentation en 2012 par rapport à 2011, soit un minuscule 1,8%.
C’est se moquer du monde, car le chiffre de 2011 était catastrophique, moins 27 000 visiteurs par rapport à l’année précédente, à mettre en parallèle avec les 6000 visiteurs de plus enregistrés en 2012.
C’est encore heureux que les espaces muséographiques ont connu une hausse de fréquentation cette année là, souvenez vous c’était l’année du grand événement touristique intitulé lui aussi Voyage à Nantes. Coût de l’opération 8 millions d’euros, pour quel résultat au Château !

On m’a même dit en commission que comme toutes les visites étaient gratuites pendant cet événement, cela avait contribué à démobiliser les visiteurs payants du Château, les contribuables nantais apprécieront !
Est-ce d’ailleurs la bonne réponse ? car enfin, les Machines elles ont vu leur chiffres exploser pendant la même période, il est vrai que la direction de ce site échappe pour le moment à Jean Blaise.

Car le vrai problème c’est la direction du VAN, vous avez pris connaissance comme moi de
l’annulation de l’oeuvre sonore de Mathias Delplanque prévue passage Pommeraye pour l’ouverture du Voyage à Nantes de cet été. Et bien je vous propose de méditer sur la déclaration de ce dernier :
“C’est une belle faute et un beau manque de coordination pour la structure qui s’implique à insérer l’art dans l’espace public. J’attends des explications de la part des organisateurs et je veux qu’ils prennent leurs responsabilités”
Le problème c’est que là encore c’est le contribuable nantais qui va payer la facture de ces inconséquences.

Dans ces conditions, vous comprendrez que je ne vote pas le principe de cette délégation de service public.

LE VRAI BILAN DU VOYAGE A NANTES

Le bilan dressé hier,  par le directeur du Voyage à Nantes, sur l’événement touristico-culturel de cet été m’amène à faire un certain nombre de commentaires.

L’événement Le Voyage à Nantes, qui devait se dérouler jusqu’au début septembre et qui avait été inopinément amputé de deux semaines, était jumelé cet été avec la biennale d’art contemporain elle même reportée d’un an par son organisateur.
Le coût global de ces événements, lui n’a pas été réduit, bien au contraire, puisqu’il s’élève à 16 millions d’euros.

Pour quel résultat ?
Le commerce de centre-ville, qui devrait être le premier bénéficiaire de cette stratégie touristique, a baissé.
Pire, entre le 20 juillet et le 17 août, les hôtels nantais ont vu leur taux de remplissage s’effondrer.

Cela n’empêche pas le directeur du Voyage à Nantes de se féliciter des résultats de sa politique touristique, en s’appuyant, comme d’habitude sur des extrapolations n’ayant rien à voir avec la réalité économique. Est-ce d’ailleurs sa priorité ?

Les réactions des commerçants et des hôteliers nantais prouvent qu’ils n’ont pas été réellement associés dans la préparation de ces événements, alors que la concertation avec ces professionnels aurait dû constituer le fer de lance de la politique touristique de la Ville.

De plus, il est inadmissible, que ces événements aient été organisés au moment même où la Ville se lançait dans une frénésie de travaux d’aménagements urbains.
En conséquence de quoi, le centre-ville est devenu inaccessible pendant la période où justement, tout aurait dû être fait pour accueillir nos visiteurs.
La fermeture des deux grands musées nantais (Beaux Arts et Dobrée), n’a probablement rien arrangé.

Au fond, ces mauvais résultats, prouvent que la politique touristique conduite par la Majorité Municipale n’est pas adaptée aux objectifs  de croissance affichés.
Il faut la remettre à plat, et élaborer une stratégie à long terme, fondée sur la concertation avec tous ceux qui en vivent.
En période de crise, la culture du résultat doit l’emporter sur celle de l’image.

Communiqué publié le 25 octobre 2012 dans Ouest-France et Presse-Océan

A NANTES TOUT LE MONDE N’EST PAS EGAL FACE A LA CRISE

Le Maire a décidé de demander au prochain Conseil Municipal une rallonge de trois millions d’euros pour Jean Blaise et son événement “Le Voyage à Nantes 2012”.

Je vous communiquerai, dans les tous prochains jours,  plus de détails sur cette augmentation incroyable.
Cet événement très médiatisé (présenté comme un “pari “ par son organisateur), devait coûter un million d’euros aux contribuables nantais, il passera ainsi à quatre millions d’euros.
Etre proche du Maire c’est payant !