Ma déclaration au Conseil Municipal du 30 mars 2012 Suite à la démission de Benoît Blineau et d’Isabelle Loirat du Conseil Communautaire

Monsieur le Maire, chers collègues,

Ce dossier qui vise  à procéder à l’élection de nouveaux représentants de la Ville au sein du Conseil communautaire de Nantes Métropole, me concerne au premier chef, puisque, comme l’a déclaré un membre de votre majorité :
“Il s’agit en réalité d’une manœuvre politicienne qui vise à écarter André Augier  du Conseil de la Métropole ».

Elu centriste sans étiquette, j’ai toujours privilégié dans mon travail une approche non partisane, avec pour seul objectif de mettre mes compétences au service de notre collectivité.

Vous savez tout l’intérêt que je porte aux dossiers qui traitent de la culture, du patrimoine et du centre-ville.

Vous savez aussi que mon engagement profond aux côtés du monde associatif  a souvent contribué à renforcer ses liens avec la Ville et la Métropole.

Nantais depuis toujours, j’aime travailler sans a priori,  au service de notre agglomération et de ses habitants. C’est peut-être pour cela que je suis la cible aujourd’hui de cette manœuvre aussi inattendue que brutale.

Je suis désolé que cela ait pour première conséquence de remettre en cause l’élection de l’ensemble des délégués de la commune à Nantes Métropole, intervenue le 21 mars 2008.
Ceci étant on peut aussi s’interroger sur des règles de fonctionnement qui aboutissent en réalité à fragiliser la bonne marche démocratique de ce Conseil.
Que deux démissions au sein du Conseil communautaire, suffisent à obliger notre collectivité, à trois semaines des élections présidentielles à se pencher sur de petits règlements de comptes entre élus, cela ne peut avoir qu’un effet déplorable sur la perception que peuvent avoir les électeurs sur le fonctionnement de notre démocratie.

Mais comme je suis persuadé que les nantais rejettent par nature toute forme de sectarisme, j’ai décidé de me présenter seul et libre devant vos suffrages. Même si je mesure  les limites de cette candidature, je pense que les valeurs d’ouverture et de dialogue auxquelles je suis attaché légitiment bien ma démarche.

Résultat du vote : Un siège de perdu pour l’opposition au conseil de Nantes Métropole (celui que j’occupais), et ce au profit de la majorité municipale.

Cela se passe de tout commentaire.

Lire la suite

Le Voyage à Nantes

Groupe Démocratie et Progrès – Intervention d’André Augier 20 juin 2011

Dossier Politique touristique – Programme des actions nouvelles 2011

Monsieur le Président, chers collègues,

Le 10 décembre 2011 notre collectivité a décidé de regrouper les activités de la SEM Nantes Culture et Patrimoine avec l’Office du Tourisme et la Biennale Estuaire.

Nous avions apporté, notre soutien à la création de la SPL “Le voyage à Nantes”, mais en posant un certain nombre de conditions.

En effet, compte tenu du fait que Nantes Métropole, voyait à cette occasion sa participation dans cette Société, passer de 5% à 70%, ils nous paraissait légitime d’éviter toute dérive dans la gestion et les budgets de cette nouvelle structure.

Ainsi nous précisions que la triple greffe annoncée obligerait l’équipe dirigeante à faire preuve de beaucoup de diplomatie, en particulier vis à vis des grands équipements culturels, comme le Château des Ducs, qui a vu sa fréquentation en 2010 augmenter de 11%. Preuve que la large autonomie dont il avait bénéficié jusqu’alors, portait ses fruits.

Malheureusement, comme on pouvait le craindre, connaissant le profil du nouveau directeur, quelques mois ont suffit, pour que ce dernier se sépare brutalement de Marie Hélène Joly, la Directrice du Château, avec laquelle il ne s’entendait pas. Ceci, sans que les membres du Conseil d’Administration soient informés ou même consultés.

Curieux, alors qu’elle avait donné toute satisfaction depuis sa prise de fonction, curieux aussi, quand on connaît son parcours professionnel impeccable à l’Inspection des Musées de France. Le prétexte invoqué : “elle dirigeait mal son équipe”.

Mais prétexte insuffisant pour la renvoyer sans lui verser des compensations, sensées probablement éviter un conflit public avec elle.

Comme elle était dans son droit,  ces compensations sont tellement importantes, que lors de la dernière réunion de la Commission Attractivité, la personne qui a présenté le dossier a refusé  d’éclairer ses membres sur ce point.

Lors du Conseil d’Administration de la SPL qui s’est déroulé mardi dernier, aucun chiffrage précis ne nous a été communiqué, de toutes façons l’année prochaine nous en saurons plus, puisque c’est ce qui s’est passé  pour le Directeur de Nantes Culture et Patrimoine.

Avec le résultat que l’on connaît maintenant : la SPL présente dès sa première année d’activité  un déficit de 281 000 euros, correspondant à ce qu’il a fallu verser à Jean-Baptiste Desbois, pour éviter une suite judiciaire à son licenciement.

C’est quand même incroyable de créer une nouvelle structure et de commencer par renvoyer des personnes compétentes. Leur seul défaut n’est il pas de ne pas plaire au nouveau directeur ?

Mais attendons un peu, nous verrons bien si cet autoritarisme exacerbé sera plus payant pour la SPL, que les relations plus humaines qui prévalaient du temps l’Office du Tourisme et de Nantes Culture et Patrimoine.

Nous disions aussi, en décembre dernier, que cette SPL “deviendrait une structure très lourde, dont la gestion demandera beaucoup de rigueur”. Nous poursuivions : “ces paramètres laisseront peu de place à l’improvisation et aux approximations”.

Or, là encore, nos craintes n’étaient pas infondées.

Ainsi, lors de la première réunion du Conseil d’Administration de la SPL, la Présidente nous avait précisé qu’elle réunirait les administrateurs en avril, afin qu’ils se prononcent sur le budget 2011. En réalité, c’est seulement au cours de la réunion de la Commission Attractivité qui s’est tenue le 6 juin dernier, que l’on a présenté aux membres de cette commission un dossier intitulé “Programme d’actions nouvelles et Subvention pour 2011.

De fait, les membres du Conseil d’Administration du “Voyage à Nantes” ont dû attendre encore une semaine avant de découvrir, le jour même du Conseil d’Administration, sur table,  un document illisible, intitulé “Budget 2011”. On leur a d’ailleurs précisé qu’il ne sagissait que d’une approche générale, qui serait susceptible d’évoluer dans les mois qui viennent.

Cela se passe de tout commentaire !

Ceci étant, le Programme d’actions nouvelles 2011, comporte un certain nombre de bonnes idées, qui auraient d’ailleurs été susceptibles d’être  peut-être  améliorées, si un véritable débat pouvait s’organiser.

Malheureusement, on peut craindre que le passage tardif de ce dossier ne favorise pas une véritable réflexion collective sur les enjeux et les objectifs. Je dois dire que je n’ai pas eu l’impression que l’on ait eu plus ce désir là, lors du Conseil d’Administration fleuve qui s’est déroulé mardi dernier.

Enfin, le dernier point qui nous préoccupe, ce n’est pas tant cette augmentation très importante du montant de la participation de Nantes Métropole (avec la rallonge prévue pour Estuaire, il s’agit quand même d’environ 1 500 000 euros), que de savoir que cette contribution  demandée à nos concitoyens, ne soit pas l’objet d’une gestion rigoureuse.

Compte tenu de ce que je viens de dire précédemment, tout est possible.

La conduite à vue et l’opacité n’apportent jamais de bon résultats à long terme.

Ce serait quand même dommage, que le tourisme qui rapporte partout dans les grandes villes de France en vienne à coûter de l’argent aux contribuables de la Métropole.

Le Voyage à Nantes – Naissance

Groupe Démocratie et Progrès – Intervention d’André Augier 10 décembre 2010

“Nantes culture et patrimoine” – Regroupement des activités culture et tourisme Transformation de la société d’économie mixte locale en société publique locale dénommée “Le voyage à Nantes”

Monsieur le Président, chers collègues,

Ce dossier que vous nous demandez d’approuver aujourd’hui vient renforcer le poids culturel et l’image de Nantes Métropole d’une manière significative. En effet,  cette opération va augmenter sensiblement notre participation, qui passe de 5% détenus dans la SEM à près de 70% dans la future SPL.

Cette décision aura pour conséquence d’engager la responsabilité budgétaire de la communauté urbaine dans des proportions beaucoup plus importantes qu’actuellement.

Par ailleurs, compte tenu de l’ampleur des objectifs que vous vous fixez, il ne s’agit pas d’un challenge gagné d’avance, il faudra donc réunir un maximum de conditions favorables pour se mettre en mesure de relever ce nouveau défit.

C’est pourquoi il nous paraît important d’attirer votre attention sur un certain nombre de points.

Tout d’abord, la triple greffe annoncée – Office du Tourisme, SEM “Nantes Culture et Patrimoine, Estuaire – nécessitera beaucoup d’énergie et de diplomatie, comme d’ailleurs les relations avec les grands équipements culturels que sont le Château des ducs de Bretagne et les Machines. A ce propos, les chiffres de fréquentation, bien meilleurs qu’attendus, nous apportent la preuve que la large autonomie dont ils ont bénéficié jusqu’à maintenant à plutôt constitué un atout vis à vis du public.

Il est évident que cette SPL deviendra une structure très lourde, dont la gestion demandera beaucoup de rigueur  et une vision réaliste et solide de la stratégie à suivre. Ces paramètres laisseront peu de place à l’improvisation et aux approximations.

De plus l’environnement économique défavorable imposera à la SPL une gestion budgétaire rigoureuse et probablement une rationalisation sinon une diminution des marges de manoeuvre financières. Nous remarquons au passage, que le document que vous nous présentez aujourd’hui est dépourvu de toute indication sur le budget de la future SPL.

Ce qui n’est pas sans inquiéter les salariés de la SEM qui rejoindront la nouvelle structure.

Inquiétude d’autant plus justifiée, que le retrait annoncé du Département de Loire-Atlantique de l’opération Estuaire n’est pas forcément un signe de bonne augure.

Pour toutes ces raisons, les représentants de Nantes Métropole siégeant au conseil d’administration de la SPL, devront faire preuve d’une  très grande vigilance,   proportionnée à l’augmentation de la participation métropolitaine dans cette nouvelle société.

Enfin, si le directeur de la SPL, recruté avant l’été est un homme de culture, au même titre que René Martin ou Pierre Oréfice et tant d’autres dans notre Métropole, il devra aussi devenir un bon gestionnaire et être en même temps capable de fédérer autour de lui tous les acteurs du tourisme et de la culture qui se trouvent à partir de maintenant impliqués dans cette nouvelle révolution touristique et culturelle.

Nous souhaitons aussi attirer votre attention sur l’ambiguïté qui existe entre “Le voyage à Nantes” 2012, qui a fait l’objet d’une présentation détaillée et la société publique locale dénommée elle aussi “Le voyage à Nantes”, dont le contenu et le fonctionnement sont encore très flous.

N’oublions pas que la gestion d’un événement n’a rien à voir avec la vie quotidienne d’une structure chargée de faire fonctionner  le tourisme et le développement économique à plus long terme.  La stratégie des “coups” propre à l’événementiel ne saurait suffire à assurer l’attractivité permanente de notre Métropole.

C’est pourquoi nous veillerons, à ce que cette SPL privilégie une vision à long terme  ambitieuse et respectueuse des objectifs que nous lui fixons aujourd’hui.