La densification urbaine ne doit pas se faire contre les nantais mais avec eux.

Saint Joseph de Porterie, site de l’Ecole d’Architecture, quartier Russeil, Carré Feydeau,  Cordeliers, partout, la Mairie décide brutalement d’imposer une densification urbaine à marche forcée.

Les habitants des rues, des quartiers concernés, sont placés devant le fait accompli.
Perte d’identité, baisse de la qualité de vie, atteinte à l’environnement, sont devenus le lot commun de nos concitoyens.

On peut s’interroger sur les motifs qui poussent la Mairie, à distribuer aussi facilement des permis de construire aux nouveaux grands capitalistes que sont Vinci, Marignan et quelques autre grands promoteurs.

Les élus de la majorité municipale, voudraient nous faire croire que cette densification urbaine débridée est inéluctable, ce n’est pas vrai, promenez vous à Angers, Bordeaux et dans tant d’autres grandes villes françaises, vous pourrez constater qu’il n’en est rien.

Au fond, on a le sentiment que cette politique vise aussi à remplacer les habitants attachés à leur quartier par des nouveaux venus, qui seront peut-être plus sensibles aux effets du “rouleau compresseur médiatique” de la Ville et pèseront ainsi, un peu plus encore, lors des prochaines échéances électorales.

Tous mes encouragements vont donc en direction des associations qui œuvrent contre cette politique de la “consommation immédiate” suivie par la Mairie.                       Protéger son quartier, sa rue, son jardin public, c’est tout simplement faire preuve de civisme.

Place Graslin à Nantes

PLACE GRASLIN,  DES AMENAGEMENTS URBAINS A SURVEILLER

Œuvre de Crucy demeurée quasiment intacte depuis sa construction, à la fin du XVIIIe siècle, elle mérite bien un traitement particulièrement respectueux de sa dimension patrimoniale. C’est pourquoi il faudrait s’appuyer entre autre, sur les représentations  anciennes dont nous disposons, pour procéder intelligemment à son réaménagement. D’ailleurs, puisque la Ville a décidé, à juste titre de desserrer l’étreinte de l’automobile sur ce site, rien ne s’oppose plus à le rétablir dans ses dimensions, patrimoniale, culturelle et conviviale, originelles.

Ceci étant, à Nantes tout est possible en matière d’aménagement des places historiques,  le meilleur comme le pire. Ainsi la place Sainte Croix, récemment rénovée et pourtant intacte, voisine avec des places ayant fait l’objet d’interventions hâtives et déplacées, nous pensons en particulier à la station bus way de la place du maréchal Foch et au parvis rudimentaire construit place Saint Pierre.

A l’heure où nous décidons de consentir des efforts renforcés pour développer le tourisme à Nantes, il est crucial de préserver l’authenticité de cet ensemble architectural. Les nantais, qui aiment leur ville doivent aussi être entendus.